une

Partenaires

CNRS
Logo tutelle
Logo carnot


Rechercher

Sur ce site


Accueil > Axes de Recherche Transversaux > Transport > Objectifs et structuration > 1.1. Comportement de l’opérateur

1.1. Comportement de l’opérateur

L’humain au coeur de la machine

Mise à jour : 24 janvier 2012

Quel que soit le véhicule (voiture, train, bateau, aéronef), la prise en compte des caractéristiques de l’opérateur (pilote ou conducteur) apparaît d’un intérêt évident pour optimiser la performance et la sécurité du transport.
Dans ce cadre, l’étude de la prise d’information et le contrôle de l’action de l’opérateur en situation de conduite ou de pilotage présente un intérêt théorique et pratique évident. Elle requiert la mise en commun de compétences spécifiques relatives à l’analyse de la structure du flux optique lors du déplacement, à la prise en compte d’informations multi-sensorielles et aux stratégies d’orientation oculo-céphalique pour le contrôle de l’action, compétences possédées et développées par différentes équipes du laboratoire. L’analyse des stratégies de prise de risque du conducteur (par exemple dans des situations de dépassement ou aux intersections routières) est une autre orientation de recherche importante de l’axe transport, en collaboration avec l’IFFSTAR. Cette question fédère une part de l’activité des chercheurs dans des champs disciplinaires différents (neurosciences, sciences du comportement, physiologie), puisqu’il s’agit de confronter des paramètres psycho-sociologiques (relatives aux profils de traits et d’état du conducteur), comportementaux (réponse motrice face à des indicateurs environnementaux) ou psychophysiologiques (effets de substances, stress, anxiété, charge de travail) en situation de choix. La caractérisation de la vigilance d’un opérateur dans des situations de surcharge cognitive constitue une voie de recherche privilégiée au sein de cette thématique. Elle suppose de mettre en commun des savoirs théoriques et méthodologiques différents que seule peut offrir l’interaction entre les physiologistes, les spécialistes des neurosciences comportementales et ceux de la psychociologie.